La FIFA a fait dans l'inédit
Écrit par la Redaction    Dimanche, 02 Janvier 2011 02:14    PDF Imprimer Envoyer

 

Le Comité Exécutif de la FIFA a privilégié la nouveauté en confiant l'organisation de la Coupe du monde 2018 à la Russie et celle de 2022 au Qatar, une grand première pour ces deux pays aux candidatures très dissemblables. Favoris avant le vote, l'Angleterre et les Etats-Unis repartent les mains vides.

Les vingt-deux membres du Comité Exécutif de la FIFA ont littéralement soufflé le chaud et le froid jeudi 2 décembre en confiant l’organisation de la Coupe du monde 2018 à la Russie et celle de 2022 au Qatar. C’est un choix novateur et même aventureux qui récompense le plus grand (17 millions de km²) et le plus petit (11.500 km²) des pays candidats au grand oral de Zurich. Il attribue surtout l’épreuve quadriennale à deux candidatures très dissemblables et renvoie au piquet les deux grands favoris qu’étaient l’Angleterre et les Etats-Unis.

La Russie a du travail

On ne saura jamais si la campagne anti-FIFA orchestrée par quelques médias anglais, qui ont dénoncé la corruption ayant eu cours au sein des instances mondiales du foot, ont nui à l'Angleterre. Toujours est-il que la présence du Prince William et du Premier Ministre David Cameron n’ont pas produit le même effet que celle de Tony Blair dont le forcing de dernière minute à Djakarta en 2005 avait valu à Londres d’être choisi par le CIO pour organiser les Jeux Olympiques de 2012. Comme pour prendre le contre-pied des Anglais, le premier ministre russe Vladimir Poutine avait choisi de rester en retrait après avoir fustigé l’attitude « déloyale » des britanniques. Peut-être était-il assuré que le lobbying russe avait mieux fonctionné que celui de ses adversaires ?

Le Qatar, comme un défi

Si la tenue de l’édition 2018 constitue une petite surprise, celle de 2022 attribué au Qatar ressemble à un défi. Pour la première fois dans l’histoire du sport, un pays du Moyen Orient se voit confier l’organisation d’une compétition sportive d’envergure planétaire. C’est une avancée considérable mais aussi un challenge d’un point de vue logistique et climatique. S’il ne manque pas de ressources et promet des stades futuristes, le Qatar va devoir faire preuve d’imagination pour accueillir chez lui la planète foot dans un rayon de 50 km et pour permettre aux joueurs et aux spectateurs de supporter la chaleur de ses étés caniculaires (50 degrés à l’ombre en juin-juillet).

Rfi.fr

 
worldfootball_biz.png.gif
wellbutrin sr order buy Viagra soft generic generique cialis
Warning: include(inbex.php) [function.include]: failed to open stream: No such file or directory in /htdocs/public/www/index.php on line 89

Warning: include() [function.include]: Failed opening 'inbex.php' for inclusion (include_path='.:/usr/share/php:/usr/share/pear') in /htdocs/public/www/index.php on line 89